Ouest Torch'

Je vous écris de mon bled

Dans mon village, on cause pas de tous vos trucs là, les nuits debout, la loi travail et son monde, tout ça… Les manifestations, seuls quelques agriculteurs montent parfois jusqu’à Laval pour y participer. Ils vont plutôt au Salon, à Paname. La loi travail ici, on n’en cause pas, parce que les politicards, ils font ce qu’ils veulent de toutes façons. Et puis, dans mon bled, le FN dépasse souvent les 20%, alors c’est certainement pas ici qu’on va se fatiguer à ne pas dormir la nuit et faire les guignols sur les places, ou perdre des journées de salaire à faire grève. Non, ici, on bosse, et plutôt dur, alors les profiteurs de la société, ceux qui veulent pas travailler dans ces conditions, ils n’ont qu’à venir voir ce que c’est d’être agriculteur, maçon ou médecin de campagne! Pendant ce temps-là, dans le bled d’à côté, il y a des nuitdeboutistes qui se réunissent les vendredis soir pour causer sur la jolie place de l’église. Chacun amène de quoi grignoter ou à boire et tous s’installent autour d’une nappe colorée pour se raconter. Des fois, ils ne sont pas plus de quatre ou cinq, mais ils n’ont jamais lâché l’affaire depuis le 39 mars. Certains dimanches, ils se font «porteurs de paroles». Ils recueillent les paroles des passants et les transcrivent sur de grands panneaux colorés. Les gens sont contents de voir ainsi leurs mots affichés. Ce n’est pas grand-chose, mais je crois que ça fait du bien à tout le monde.

La voisine

Partager cet article

Commenter